Google

This is a digital copy of a book thaï was preservcd for générations on library shclvcs before il was carcfully scanncd by Google as part of a projecl

to makc the workl's books discovcrable online.

Il lias survived long enough for the copyright lo expire and the book to enter the public domain. A publie domain book is one thaï was never subjeel

lo copyright or whose légal copyright lerni lias expired. Whether a book is in the public domain may vary country locountry. Public domain books

are our gateways lo the past. representing a wealth of history. culture and knowledge thafs oflen dillicull to discover.

Marks, notations and other marginalia présent in the original volume will appear in this lile - a reminder of this book's long journey from the

publisher lo a library and linally to you.

Usage guidelines

Google is proud to partner with libraries lo digili/e public domain malerials and make ihem widely accessible. Public domain books belong to the public and wc are merely iheir cuslodians. Neverlheless. ihis work is ex pensive, so in order lo keep providing ihis resource, we hâve taken sleps to prevent abuse by commercial parties, iiicluciiiig placmg lechnical restrictions on aulomaied querying. We alsoasklhat you:

+ Make non -commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals. and we reuuest lhat you use thesc files for pcrsonal, non -commercial purposes.

+ Refrain from autoiiiatcil (/uerying Donot send aulomaied uneries of any sort lo Google's System: If you are conducting research on machine translation, optical characler récognition or other areas where access to a large amount of texl is helpful. please contact us. We encourage the use of public domain malerials for thèse purposes and may bc able to help.

+ Maintain attribution The Google "watermark" you see on each lile is essential for informing people about this projecl and hclping them lind additional malerials ihrough Google Book Search. Please do not remove it.

+ Keep it légal Whatever your use. remember thaï you are responsible for ensuring lhat whai you are doing is légal. Do not assume that just becausc we believe a book is in the public domain for users in the Uniied Staics. thaï the work is also in ihc public domain for users in other

counlries. Whelher a book is slill in copyright varies from counlry lo counlry. and we can'l offer guidanec on whelher any spécifie use of any spécifie book is allowed. Please do not assume thaï a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner anywhere in the world. Copyright infringemenl liabilily can bc quite severe.

About Google Book Search

Google 's mission is lo organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers discover ihe world's books wlulc liclpmg aulliors and publishers reach new audiences. You eau search ihrough llic lïill lexl of this book un ilic web al|_-.:. :.-.-:: / / books . qooqle . com/|

. Google

. Google

TT

.'Google *

Cooglc

Google

. Google

L E T TRES CHOISIES

DE MESSIEURS D £

L'ACADÉMIE

FRANÇOISE,

SUR TOUTES SORTES DE SUJETS- TROISIEME EDITION

AÙGMEHTe'E n.K Ct QU'IL Y A. DE PLUS

AGREABLE DANS LA BELLE

LITTERATURE.

ivec ta Traduélu» iti FABLES DE FAE&KE. Far Mr. Perrault, de l'Académie Françoife.

Chez J.B. Coignard, Imprimeur du Roy. AVEC PRIVILEGE DE SA MAJESTE'.

Stvtnd A BRUXELLES.

Chez Jean Léonard, Libraire & Impri- meur , Rue de la Cour. lyay .

Google

. Google

PREFACE.

De la néceffitê à tien écrire des Lettres.

sSSSJïf N doit demeurer d'ac- W 0|«| cord, que pour le com- SSSSinierce de la vie , on pe peut travailler à un ouvra- ge plus néceflaire , j(âns excep- ter ce qui régarde la conversa- tion , encore que nous aïons plus d'ocafions de parler que d'écrire. En Effet, les entrer tiens que nous avons conti- nuellement les uns avec les au-

Cooylc

PREFACE, très ; nous fervent d'étude , & nous accoutument infenfible- ment â nous exprimer avec fa- cilité ; An lieu que n'écrivant que rarement & qu'avec quel- que répugnance ; la plupart des hommes font embaraffez

3uand ils font obligez de pren- re la plume : Audi ce n'eft qu'avec tien de la peine , que nous atrapons le ftile qui con- vient aux Lettres. L'expérien- ce le fait voir tous les jours : Ce cent perfonnes qui parlent bien , on n'en trouve pas dix , qui écrivent de même , quoi qu'il femble que l'on n'ait qu'à mettre fur le papier ce que l'on veut exprimer.

Je doute que les Lettres

Google

PREFACE.

fiffent honneur , fi on y apor- toit fi peu de foin j que l'on ne le fiate pas, il faut écrire plus exactement qu'on ne parle. Nous devons confiderer que les yeux font plus fidèles que les oreilles. Ce que nous voïons fin- ie papier, demeure expole £ nôtre critique, & la plupart des choies que l'on dit , le déro- bent à nos réflexions : ajoutons qu'un difcours que nous écou- tons, eftiôutemipardesiecours qui manquent à ce qu'on nous donne à lire. Un ton de voix paflîonné fait impreflîon, & l'air dont on acompagneles pa- roles , s'infinué fouvent julques au cœur.

Aulfi voyons -nous que les

Cooylc

PREFACE.

Orateurs célèbres par leur élo- quence ne s'empreflènt guéres a. donner les Harangues qu'ils ont prononcées : Ils font per- fûadez que l'on ne trouve fur le papier que la rhoitié de l'Ora- teur : ils ont rémarqué même que Démofthéne apellé par ex- cellence l'Eloquent n'a jamais ' voulu rien faire paraître fur l'heure.

. Un entretien de vive voix peut donner une partie de fon agrément aux avantages qui accompagnent la prononcia- tion , tels que font l'agrément de la voix , ou la bonne mine de celui qui parle ; mais un dis- cours écrit ne peut plaire que par des grâces eflèntielles : de

Cooylc

PREFACE, forte que nous ne pouvons être trop exacts à rétoucher nos Lettres, & à" nous mettre en état de les envoïer fins crain- dre de nous en repentir : caries maîtres de l'art affùrent qu'elles font toujours ou peu juftes, on niai polies, quand elles partent des mains auffi-tôt ; parce que les défauts y font moins excu- fèz, & y paroiffent plus grands que dans les ouvrages de longue haleine ; ainfi le féul moyen d'éviter cet inconvénient, eft de ne point écrire avec précipi- tation.

Confïderons que l'on ne peut djfpenfèr d'écrire des Lettres dans une infinité d'ocaiïons. Le commerce de la vie en deman-

Cooylc

ï> R. E F A CE de à tout moment ; & fi la bien- féance ne nous oblige pas tou- jours d'en faire , il arire (bu- vent que la néceffité nous y for- ce. Lors donc que nous ferons obligez d'écrire , écrivons en termes fi clairs , que nos pen- ftes n'ayent point béfoin d'in- terprète. '

TA-

,Googlc

TABLE

DES LETTRES

ET DES MATIERES.

PREMIERE PARTIE.

Remerciment à Modo- Lettre Galante de Mr.

me *** pag. i deVtzuier , à Mada~

Remerciment pour des me Je M. ... S

Vers. l Lettre Galante ; de

Billet de Mr. de Fure- l'Abbé Furetiere. 9

tiert. Remerciment Lettre fans fujet. 10

à Mr. Renouant Mi- Réponfe. 11

dédn de/afaruh/de A une DemotfeMe , fur

Paris. 3 ce qu'il ny a point

Réponfe de Mr. Renau- d'homme qui mérite

dot. a fou cœur. ibïd.

Billet de compilation a Reproche galant de Mr.

un Ami malade. 6- le Chevalier de Meri

Billet J'afuraxct £A- à Mr. Mitton. ïï

mitïé. ibïd. Lettre de remerciment,

A une Dame ; fur ce ou plutôt de reproche

qu'elle écrit de jolis amoureux. . 14

. BiUett. 7 Reproche Galant , du

. Google

T A

CBtvarter de Meréà Mr. U Comte Je Mur lot. ibid.

Lettre d'errance d'A- mitié} je Mr. de Vaxmour'ier. i j

Antre fur te mime fit- 'jet. \6

A MsnfeigneurGadeau. Boijlea tt lui témo igné

■fui a

ni avoir fat fait re- fomfi. 17

A Mr. Miitov, Le Che- valier de Meri lut mande qu'il a tort defe plaindre d'être quelque, tems hors de Pari. 18

Lettse-Àe Mr. Fléehier, de compliment & de félicitaùon à Mr. le Comte du Ronre , L tcutenamt- Général, fur le Mariage de Mad.faFiSt. 19

Lettre de Mr. FJéchier, de compliment &'ae fcïicitution a.Mr. le Marquis de Ttrnac , fur le mariage de Mr. fin Fils. 20

Lettre deMu Fléehier,

BLE.

depie'té, àMademoi- '■ felle de MonelarLa- faire , fur fa voca- tion,' ibid.

Leur* de Mr. Fléehier, de civilité £9* de com- pliment , 4 Mopfei- gneur P Archevêque a" Arles. 22

Lettre d'amitié Su* de réconnoijfance ; dit R.P.RapinauCom-' te de Bujfy. ibid.

Réponfe du Comte de Bufy%auR. P. Ra- pt». 24

Lettre pour entretenir un commerce d'ami- tié : du Comte de Buffyà Monfieur de Benferadt. 2J"

Réfvnfe deMr.de Ben- ferade au Comte de .Buffy. îbid,

Billet pot» entretenir i un commerce deLet-

26

Lettre de confidente ré-, ciproque. 27-

BiSets de rémerci- ment. li^

Antre fur le mime fit- jet, tbrd.

. Google

T A B

R/mertiment pour un Cachet; Billet. 29 Autre Billet de rémer- chnent. tbtd.

Excufi de se qm*on ne peut /frire aujfifi*- •vent qu'on le vou- drait bien. 30 Lettre de Mr. de Fure- tiere , de Confiden- ce. 31 Lettre d'Invitation; de Mr.de Fmretiere. 32 Billet d1 Invitât Uni de - Fmretiere. 33 Autre Lettre d'Invita- tion ; de Furetie- re. îbid. Lettre de R/preehe. 34 Lettre fur un Bouquet que Vote envoyé. 35 Lettre de r/mereiment, à MademoifeBe de ' Scudery , pour une Devife quelle avait envoyée à F Abbé de : Fmretiere. 36 Mon/leur de Ptrtuu, Gouverneur de cour- tray , à Mademoifel- le de Scudery fa bonne amie. 38 Lettre de louange du

h E.

Chevalier de Mer/ i MademoifeBe de Scu- dery. ibid.

Lettre de louange ; de Mr. de Vaumou- rier. jp

Lettre de louange ; au Due de S.Aignan. 40

Lettre en r/poufi aux louanges. 41

Lettre fur le même fu- jet. 42

Lettre de Compliment y de Louange , de Mr. le Chevalier de Mer/, à Madame la Duehtffe de Lefdi- guieres. ibid.

R/ponfe de Madame la Duchejfe de Lefdi- guieres. 47

Lettre four aeompa- gnerunPr/fent.Ma- dame de Saintonge £ Madame la Pr/fi- dente. Ce qu'on de- vrait envoyer à fes Amis le jour de leur Fête. 46

Autre fur le même fît- jet , à MademoffiU le*** 47

Lettre de Mr. Bour-

. Google

T A; B L t' 'fouit à Madame la fy au Due de feint . Cumtejfi de laSuze, Aignan. j6 en lui envoyant un Lettre de compliment à ' remua* pour la Ml- Monfiigneur le prin- graine. 48 te de boubite. ibid. Sur un Bouquet que tes Compliment fur la nou- Enfans préfentent à veÛe d'un mariage ; leur Père : de PAb- à Monfieur *** Pré- h/de Furetître. 49 . fident à Mortier ou tettre de Mr. Bour- - Parlement de Di- fault à Mr. Riel, jon. f$ Eli des Etats de Lettre de rémerciment Bourgogne, qui avait & de compliment: fait préfint à l'Au- au Révérend Père . teur de quatre Demi- du Bue,, Prédica- . muids d'excellent teuf du Roy , Supe- Vin. . JO . rieur des Théo- Lettre a"excufe, àMa- ; tins. J9 \- dame V-. ieffe , à qui Lettre de rémereiment: P Auteur avait pro- à Monfiigneur PE- . thts quelque tèafi, vlqued'Autun. 61 . que defréquenuspri- A Monfieur '**. Le . fis devin d'Efpagne Chevalier de Méré . lui firent ouhlter. fi ne eonfeiSe l'éclat Lettre de réproche Js" qu'aux Grands. 61 . de plainte , de Mon- Lettre de récomman- fitur le Qomte de dation. 64 Buffy à Madame*** Recommandation pour JA une Dame de grand Lettre de réproche, yy . mérite. 6f Lettre de plainte fur Vé- Lettre de réeomman- tat défis Afaires, de dation de Mr Bour- Mr.tcComtedeBuf- fouit à Mr.de Qua*

. Google

T A B

ai, DoScur en mé- decine , à qui l'Au- teur recommande un Apoticaire, 66

Lettre de recomman- dation de Mr.Bour- faulc à Mr. de la Berchére , premier Préftdent an Parle- ment de Grenoble, fur nommé FIncor~ TKpùhle. 68

Lettre dt recomman- dation de l'Abbé de la Trappe, à un grand Magijtratpour un dt fis amis. 6a

A Monfieur deS... Un Auteur réproche à un defes Amis de s* être déclaré contre les bel- les Lettres , parce qu'elles ne contri- buent que rarement à la fortune de ceux qui s'y apliquent. TO

BoileauaMolfuur***. Sur un Poème de la Guerre des Fleurs. 7 2

Lettre de Prière : du Comte de Buffy au DucdeN.... 74

Lettre, de félicitation ;

L E.

du Comte de Bufly au Maréchal de.. -f<

Lettre de félicitation 1 a Mon/leur*** Ma- réchal de France.

Félicitation à un Ami qui vénoit d'être pourveu d'une gron- de Charge , & dt marier fit fiBe à un homme 'de qualité & de mérite. 77

Lettre de félicitation fur un mariage. 78

Autre fur le même fit-

iei- „. . 79

Lettre de félicitation fur une dignité Ec- clefiafliqut. 80

Félicitation sfur des Charges militaires. * . 81

Réponfe. Ibid,

Autre Lettre de Féli- citation. 8a Autre Lettre de félici- tation. ibid. Réponfe. 8} Lettre de félicitation pour fouhaiter une ' heureufe année. 84 Félicitation fur ce qu'il aquitêfis amoursSj ** 3

'Cuuylc

TABLE.

Filieitation fur le gain *>*&«s>><>*<p*<&*»e>*<s<.

, ';, j, r, /•„., * lechier Eveqoe de

J""*^ Nifraes,

Lettre deMr.FUchiery Sur l'abfence d'un Ami.

de Condoléance y de 94

Confolation , à Ma- Sur une abfence. çt

dame la Marquife de Compliment fur l'ab-

Vt&efranebe. 89 fente. 96

Lettre delar.Fléchicr, Recommandation, 97

defé!iettatiou,àMa- Réponfe à une Let-

dame la MarécbaBe tre de Récommanda-

Ducheffe de Bar* non. 99

Viik. îbld. Témoignage it Joie, ib,

. Lettre de Mr. Flécbicr, Offre de Services. 100

de Condoléance & de Billet. loi

* Confolation , À Ma- Félicitait* fur un Ma-

dcmoifeSe de Mont- riage. ioj

clar. 90 Lettre de Compliment,

Le Chevalier de Ueré. 103

On doit avoir de la Lettre d' 'Invitation, ib.

civilité en honnête Lettre de Compliment, '

homme. gi 104

Qn doit avoir de lafiuT Lettre d'amitié, ioj-

gularité. 91 Lettre d'Avis. 107

Contre let Compagnies Lettre de Recomman-

& let SpecJacles. 113 dation. ibtd.

Sur un reproche. 10$

Avis fur un Orage. \ 09

. Google

TABLE.

Defiription d'un Lac. Prière. nfi

m Lettre de Pline à Ca-

Defcription de deux ntnias ; Il fe plaint

Maifans de Campa- de ne pouvoir goûter

gme. 113 les plaifirs de la

Confolatiou. 1 1 y Campagne. 117

SECONDE PARTIE.

L Etire de tmfola- Lettre d'un Fils qui tien ; de l'Acadé- avoit perdu fou P#- mie Royale d'Arles rt d'un âge très- an Dus de~ S. Ai- avant/. \%f gnon. 119 Lettre familière de tuu-

Réponfe du Dut de S. fotation. 126

Aiguan al' Académie Lettre de eonfitlaùon à

Royale d'Arles. 121 un prifonmer de

Lettre de eonfilatiou guerre. nj

du Chevalier de Me* Sur te mime Met à un

r/ à Madame la Du- prifonmer ue guer-

theffe de Ixfdiguie- re. 128

res. 122 Lettre h unGentilhum-

A une D»me fur ta me qui avoit perdis

mort d'une de fis fou frère à la guer-

amîes. 123 re. 129

A une Dame qui avoit Lettre de la Duçhcffe

ferdu fa mère. ïbid. - du Maine au Duc de

Lettre à une Dame de yendôme', Au f#je*

qualité" fur la mort de la BataiBf de

defafille. J24 ' Vt&aviciofa. J3Q **4

. Google

TABLE.

Lettre à Monfitur le de fin propre fih qui

Marquis de Mort.... lui avait donné 'beau-

On le prie de donner coup de chagrin du-

ptoins de tenu aux tant Ça vie. 147

afaires de fis amis, Réponje. .146

four en avoir plus à Lettre d'un Père à fa

donner anx fiennes: Fille , qui avait def-

de M- Vaumariere. fein de fe faire Réli-

131 g'enfe. Ibfd.

A Monfieur le Mar- Lettre pour porter un

qnis de *** pour le Ami a fe marier. 148

porter à pardonner Lettre pour perjuader

uneofeuee. 133 an Ami d'époufer w

Lettre à Monfieur le ne perfonne qui n'efi

Marquis de**" pour point beBe. 149

4e porter à s'apltquer Lettre pour détourner

à lire PHi/ieire. 1 37 MM Amie d'un ma-

Lettredel'AbbéBour- nage elle était fur

delort. Sur les An- le point de s*enga-

cieus les Moder- ger. l<0

nés. 139 Lettre eontraire à ta

Lettre diverti ffante fur précédente.C'eftpour

un Cheval éciopé. porter Madémoifige

142 de*** à eonfentir à

Lettre à Madame de un mariage qu'on lui

R*** de Mr.de y au- propofoit. IJ3

imriere. Pour lut Lettre pour peYfuader

perfuader de garder à MadémoifeSede***

plus fidèlement les d'épouftr un homme

fecrets qu'on lui con- de qualité qui la ré-

fie. 144 cherchait. \qf

Lettre d'un Père à un Lettre de Confeil aune

de fi s ami s fur la mort DémoijèUe , fur un

. Google

T A B

Mariage. ijô

Lettre à un Gentilhom- me,-poar lefairevA ifîr a U Campagne. Du même Auteur.

Lettre pour perfuader à un jeune Gentil- bommed'aBer àCAr- tae"e. I S9

heure pour porter un Ami à s'adonner au Commerce. 160

Piacet pour un Officier qui comptait parmi fis Ancêtres un pro- che parent de Jeanne d'Aibret mère d'Hen- ri IV, 163

Harangue au Roi fur Majorité , Par Mr. l'Abbé Mongin, dors Directeur de P Académie. Pronon- cée le 23. Février 1723. 164

Lettre de raiSerie d'u- ne Dame à N*** Régent d'Humanité. 16s

Lettre de l'Abbé Bot- delon.

Remarques curienfis,

h E-

morales & fçavan- tes. 171

A Monfienr de •**

On veut le porter i

tenir exactement Ut

paroles qu'il donne.

* 180

Lettre à Monfienr le Comte de N.*** pour le détourner defe trop expojèr aux dangers.

Lettre folïde d'uuBeau- pereàfaBru. 184

Lf£erev1ïïe&raFi1le, Fable. 18a

Lettre d'un Père afin Fils pour l'encoura- ger aux études. îbid.

Lettre de Confiil d'un Père afin Fils. 188

Lettre de jujlifica- tion. IOO

Lettre de jujiification, de Mr. le Chevalier de Meré à Monfienr de laSeqtàniere. 19»

Lettre de Jnfiification. 194

Lettre d'Avis* de Ma- dame de j*** an Comte de Bufy,UA.

Refont du Comte do

. Google

t a :

. Suffy à Madame de S**. 196

Lettre de Récit, deMr. Bourfault , à Mr. le Préfident Perautt. 197 Lettre d'Avis , de Mr. - Jtaifi» à Mr. Bout- Jouit. I9g

Méponfe de Mr. Bour- fault à Mr. Raifw. 200 Peur demander m Em- ploi. 201 Compliment fait au Rai le premier jour de tannée , par Mr. de la Mette de f 'Acadé- mie Fraufoife. 204 Difcours prononcé dans l'académie Fraufoi- fe le ^- Décembre 1722. a la réception du Cardinal duBois. 203 Lettre de Mr. Tiriot a Mr.deVoherre. 204

Billets ou Lettres fa- milières écrites à

Mr. de San tueil, par diferens Auteurs.

BLE. La Dona Salpetria, au Marquis de la petite Maifonniere. 207 Lettre du Père de la Rue, aMr.deSan- tueil. 208

Lettre du Père Bout- dahûe^aumême. 209 Lettre de M.fAbbéFé- nélon Archevêque de Cambrai , à Mr. de Santutil. 210

Lettre de MoufieurV Ab- bé dt Cordemon. même. jbii

Lettre de Mr.de Meaux à Moujieur de San- tueil. 211

Lettre de Muafout Ni- cole à Mr. de San- tueil. 212

Lettre de Mon/leur de la Bruyère , à Mr. de S tint ne >L 214

La grandeur de Dieu, dans fes Ouvrages. Ode. .* Qui a remporté te pre- mier prix de l'Aca- démie des Jeux Flo- raux, le 3. Mai 1723. Par Mr. Tanevor, Secrétaire de M. le

TABLE.

Gonturier 2iy Réponfe à un homme

Lettre du Chevalier de d'un grand .ejprit.

Romiem , Patué , à il'J

M. de Chalamont de A Madame Je*** 228

la Vifclede% écrite A Madame Je*** ibid.

d'Arles, le i^.Jon- A Moufieur de*** 229

vîer 1714. 219 AMenfienrd**** ibid.

Lettre de Critique., À A Meufeiguemr le** 230

Moufieur de***. 220 A Meufieur de*** 131

Confeîls d'un Père à Lettre de Gaufiiatiou,

fon Fils en entrant à Madame de*** 131

dans le monde. Son- &&■<?*&*&*»<?■■<?«<>.

net en Bouts-rimeZ. Réponfe à jes l^

Remarques. 211 v*muumwuu.

Eloge DE Pompe'e. A Mtnfiem de*** 233

ibid. A Moufieur de*** 234

Eloge de Mr. de Remarques. 2jf

TuRENE, 223 Eloge eue fit Pericletf

A Madame de*** en lui delà VsUe £ Athènes

envoyant le Portrait & de ceux des Atb4-

de Moufieur PAbbi uitns qui furent tuez

de ***. 124 au commencement de

A Moufieur de*** tn la guerre du Pela-

lui envoyant le Pot- pouuefi, aujourd'hui

trait deMad.laMar- la Morée, ibid.

quife*.**. ne AMonfieBrde***£»

^M^^^^t^tf^-o*^ l*' envoyant la de-

Réponfes à des Let- %&"* * U ™j

nés de Louange. * * *™

. Google

TABLE.

;*+«+<>+«*+ +++44+*+++*«>

TROISIEME PARTIE.

Lettre de Mtjfieurs de f Académie en pré- Jintant au Ray leur nouveau Diaionai- re. ' 239

Lettre de Mr. de la Fontaine à Monfei-" gneur le Dauphin. Jtienn'eft propre à le

divertir que des Fa- ites. 243

A Madame la Du- chefiê d'Aiguillon. Corneille lui marque qu'il lui efl obligé de fagénérqftté, & de fis louanges. 2df

A Madame. Molière lui avoué qu'il ne fiait que lui dire, en lui préfentantf Ecole des femmes. 246

*&*eP*0*&.<&#Ov&a&*&.

Lettres de Morale fnr diferens fujets, de Mr. de Vaumoriere.

Avis fur la manière de les écrire. 248

A Monfieur de ***

Sur les Opinions Vul- gaires. IfO

%Au Révérend Père de la M. Touchant le Bal. if?

A Monfieur de "**

Sur Pinjuftic* de la plu- part des plaintes. 2J-4

A Monfieur de **• 'touchant ta fortu- ne, isf

AMon(ieutde***.J«r les Bienfaits. 25-7

A Monfieur de *** Touchant la Raille- rie. 260

A Monfieur de *** Touchant le Menfon- ge. 262

A Monfieur dp *** De la bonne Condui- te. 2ÔJ-

A Monfieur le Mar-

. Google

T A B LE.

quîs de *** Ton- Louage. ' chaut la probité. 169 Avis.

0«L 304

Lettres de Scien- ce.

A Madame de***

SmrFArcbiteSure. Vji

A Moniteur de***

Sur la Tour de Babel.

280

Sur les Eclipfet. 283

Lettre fur la Peint*-

187.

X. Lettres de Pline le Jeune, choifies & traduites par Mr. Fléchier. Lettre enjouée. 29$- Lettre enjouée de ré- proche. 296 Reproche £3* Prière. 3-97 Recommandation. 298 Avis. . 299 Impatience de recevoir de nouvelles d'un Ami. 300 On demande confeil. 301 Rhnerc'mtnt. 3Q3

Lettres curieufes de Littérature, fur di- férens Sujets.

A Monfiemr de *** aof

A Moniteur de*** Cette Lettre défend un Magiftrat, à qui on reprochait le tenu qu'il employait quel- quefois à cmfiiérer . jet Pierreries. 307

Lettre de Mr. Fléchiery deC$nfolat!on,àiér. le Pettttitr , Minif- tre d'Etat , fur tet infirmiez, de la vieil- le fe. 3li

Lettre fur la Bagatel- le. 314

Lettre d'une Dame de la Cour, à Mr.? Ab- bé de Beïïtgarie. 318

Lettre de Mr. l'Abbé de Beiegarde , à une Dame de la Court fur la diféreuce da Mœurs dei Anciens & des Modernes; fur.

. Google

T A B h E.

:htSibiSei.lesGéam.

^f,,M^ni,rjn- SAHrEE1E. Cteas c$ des Moder- nes. 3^9 A Monfleur de ***"

Sur la beauté des Grec- 360 ..

qaes & des Romai- A Monfîeor l'Abbé

mes. 331 de*** 361

Smr les fées* 334 A Madame de ***

Sur hs Sibylles, 337 ibtt.

Sttr l'Origine des Lettre A'une Femme à

Géarn. 339 fou Mari , en forme

Sstr Fdge des premiers deréponfe àceUiqu'il

Hommes. Ui lai ovott écrite. 361

A Uonfar PAbbé de Defcription delabclle

BeHegordw. Rimer- Cafcade de Tivoli.

. ciment. 344 Lettre de M. Génejt à'

Lettre £tive Dame de ' Madame de "fian- te Cm à Mr. PAb- ' ge. 363 dtBeStgardf.^^ Defcription d'uncËti-

Lettres de Mr. CAbbé tzét de Trajandans

de StSejarth, à une Rome.

Dame de la Caser, Pline fécond adreffe la

qui lai avoit déneaa- parole à Iréfom à

qmlaws Wfi*- fta-pris de cette for-

monsfutieboaGoMt. te. 368-

(Êk 347 Harangue.

Sarlebo» Goto &j*r Mr. le Dut de S. Ai--

le Gaât déprivé. gnon , à Madame la

349 Daupbine, en auali-

Sm le mèatefujet. 37 o de Chancelier de'

Sxr le mfme [ajet. 353 l'Académie François

Sut le métaefajet. 2J7 fe. 371

. Google

T A

Lettres de Pieté*.

Choîfies & écrites à différentes Perfoa- nes , par le R. P. Dam Armand fean SoutbiSier de Rancé, Abbé de la 'Trappe.

À une Princesse. Sur la mort de Madame FAbbtjjtdé*** {t lui parle de la fiu- miffion qu'on doit a- voir aux ordres de Dieu. 373

A une Dame. Qu'il ne faut point fi

laîjfer abattre par ta vue de fis mi/éresi mais regarder avec confiance la miferi- corde de Dieu. 375-

A ("on AltciTe Royale

Madame de Gojfe. Dégagement avec le- quel il faut regarder les ebofis d'ici bas. lioïen de confervtr la paix dans toutes fortes d'evenamens. _-•-■- 7 376

B L Ê.

A la même.

// lui fait voir que ht conduites de Dieu font admirables. Que les vues des hommes font tourtes. & f*e four être délivre' des inquiétudes continu-' eues , (/ faut itre dans une grande tn~ déférence. 377

A la même.

// lui marque fin fin- timent touchant la guerre d'Irlande. Pouvoir de l'aumô- ne , Ça* manière de la bien faire. 379 A Madame de***

Il l'aff'urequ'ilemploye- r* fis Trière, , & telles de fis Frères, feur obtenir de Dieu le retour & la récon- ciliation d'une Ame ingrate & infidèle.

A une Perfonne ffE . ne confîderaticm &

d'an mérite diitin-

gué". Sur le peu de cas que

l'on doit faire dei

TABLE.

fortunes de ce mon- A une Dame de Pieté.

de. 381 H lui farle des difpoji-

A nue Dame.de, tions avec lesquelles

qualité. il faut recevoir les

Sur ta mtrt de fin pertes qui arivent en

Fils. i 384 cette vte. 386

A un de (es Amis; A un EcclÉJÏaftique,

Quels font les fentiment -Qui lui demandait

l'on doit être dans quelqu'avi? fur fa

la Maladie. ' 38; Conduite. 389

Fin de la Table,

LET-

. Google

LETTRES CHOISIES

DE MESSIEURS D E

L'ACADEMIE.

FRANÇOISE.

PREMIERE P A RTl E>

Remtrtimtnt à Madame. * * *

l Ou s m'envoyez one phîole pour 1 mes yeux , & vous êtes caufe que t je m'en vais tes peidie : car elle f eil ii jolie & fi galante , que je ne fçaurois m'èmpécher de vous écri- te pont vods en remercier. Mais c'elt la ooû' lume de celles qui vous reffcmblent , on la»

A

Google

J

4 Lettres choisies

remercie même du mal qu'elles font. Si vôtre eau avance autant ma guérifon qu'elle vient de la reculer , il faudra qu'elle (bit bien fou- veraine. Sans mentir. Madame, je ne Tore- rois efpérer. Pour 1 ordinaire ce qui guérir - n'eft pas fi agréable, & le réinede cil trop beau pour être bon. Il y va pourtant ce me fcmble de vôtre intérêt , qu'elle réiifliflë , & je ne fçai li vous pouvez fans honte foufiir , qu'au- tre chofe que vous, ait le pouvoir de me faire mal aux yeux.

$«44+44**4 4 44444444*44

Rtmercimcttt pour des Vtrt,

JE vous remercie de vos Ver*-, & je vous avoîie que je les régarde comme ces efprits féduâeurs' qui tentent les Solitaires dans leur délèrt. Ils m'ont donné envie de retour- ner dans un monde qui produit de 11 belles choies ; mais il faut que je réfifte à cette ten- tation , & que la coolîderation de mon hon- neur me rétienne encore a la campagne. Je tous irois donner .un moyen de vous delàbû- lèr ; car , à vous parler franchement , je ne me régarde que comme. une perlpective qui doit toute la beauté à la diilance des lieux. Il Vaut mieux, mon cher Monlîeur, que je con- serve par mon éloignemem la bonne opinion que vous avez de moi , que de l'aller détruire par ma préfence. Je croi que vous ne me re- connoîtriez plus , & qu'après m Voir trouvé, vous me chercheriez encore. Le Tems eft un

. Google

de Messieurs de l'Académie. 3 'étrange faifeur de métamorphofès , on a mis autrefois jufques far les Autels certaines Bel- les qui n'ont plus de place qu'au coin d'une cheminée. Je ne vrai pas être traité de la for- te, & j'aime bien mieux vous protefter de mon Hermitage , que vous aller dire à faris , qu'il n'y a perfonne au monde qui foit plus absolu- ment à vous que je fuis.

" MM " 5 ° rt * M " * M *$> AAOAA a * Js * *

Billet de Mr. & Furetiere. Rtmtrcmfint A

Mr. Renaadot Médian dt la Faculté de

Paris.

IL me tardait de pouvoir écrire, pour vous remercier. Je croyois que c'etoit fait de moi, & que mon horofeope qui me promet cent ans ce vie, & quarante ans d'exercice en ma Charge d'A... G... avoit menti de plus de la moitié. Je vous attire, Moniieur, qu'une des chofes que je r.égrettois le plus en quitant le monde, étoit la converiàtïon d'un ami aufit aimable que vous êtes. Les foins que vous m'avez rendus avec tant d'affiduité pendant ma maladie , ne s'éfaceront jamais de ma mé- moire. Il faut que vous ayez quité vos au- tres malades , pour ne voir que moi ; vous . m'avez tiré du tombeau, & je crois vous de- voir la vie, celui qui vous rendra ce billet vous donnera cinq cens écus de ma part, qui efl peu de chofe pour vous, mais beaucoup pour un -M... que fa mère a deshérité. Cependant ne A 1

. Google

,4 Lettres choisies penfet pas , Moniteur , que'je prétende par m'acqutter de l'obligation que je vous ai ; & foyez pcrfuadc que j'en aurai durant toute ma vie une véritable récortnoiflance.

SBSBS3ratëBS$3SSSB£&&8£B

Rtyonfe de Mr. Rtnaudot.

VOus dites, Moniteur., .que vous croyez me dévoir la vie- ; voas la devez à Dame Nature, ou pour parler plus chrétiennement x vous la devez à Dieu, qui vous adonné un tempérament fi fort et fi merveilleux, qu'il efl venu à bout de la fièvre la plus terrible que ' j'aye jamais veiie. De vous dire qu'il ne l'eût pas furmontée fans le fecours de nos remè- des, en bonne foi je n'en fçai rien : mais quand je fuis malade, je me mets entre les mains de V.... que je ne crois pas plus habile homme que moi, & qui eft mon ami, comme je fuis vôtre ferviteur. Il y. a pourtant une chofe cer- taine dans la Médecine; c'cftque quindon ré- lève de maladie il ne faut pas trop manger. J*ai pris la liberté de vous le recommander ' plus d'une fois , & vous ai laiffé un régime, que je vous prie d'obferver jufqii'au partait tétabliflêment de vôtre fanté. Je ne vous en donne que pour trois fémaines encore, après quoi vogue la galère , vous pourez faire com- me je fais, & ma femme & moi voulons vous régaler dans nôtre petite maifon'des champs. Elle ne manquera pas de vous donner une de .ces Tourtes, qu'elle içait faire de la. main, &

. Google

de Messieurs de l'Académie. f

que vous trouvâtes fi admirable la veille de?. l'ouverture des Audiences, que vous y lon- giez à ce que vous me dites , durant vôtre Ha- rangue; & qu'au lieu de aire l'Eloge de la julhce, vous pensâtes faire le Panégyrique de. la Tourte. Mon beau-frere le Campagnard, qui m'envoye de tetns en tems des MarcaC- fias, m'en a promis un pour cette fête , & j'ai une bouteille d'Un excellent Vin d'Efpagne» que nous boiront après notre Selleri. Vous voyez, Monfieur, que nous prétendons vous bien traiter ; mais quelque choie que nous vous fanions , vous payeriez trop cher vôtre? eeot , fi j'acceptois ce que Monfieur N . . . , m'a offert de vôtre part. On trouve quelque- fois de belles chofes dans les Manufcrhs aufii- bien que -dans les Livra imprimez; J'ai lu* dans un ancien Manufcrit Grec delà Biblio- thèque du Roi : Que Mercure étoit malade, & qu'il prit Eiculape pour fon. Médecin: qu'après qu'Efculape eut guéri Mercure, Mercure voulut donner de l'argent à Efcu- lape , & qu'Efculape ne voulut point pren- dre d'argent de Mercure. Permettez -moi, Monfieur, que fi je n'ai le fçavoir.d'Efculapc, comme vous avez l'éloquence de Mercure, j'en aye au" moins l'honnêteté , puis que je. fois à mon ordinaire laus intérêt,

MONSIEUR,

Vôtre pès-humble, &c. Rbnaudot,

. Google

6 Lettres choisies tBBUrtfTPj tS8U fcB18a iSBfr tSHUiSïtaiSia Billet de tanfalation à un Ami malade.

VOulez-vous que je vous parle franche- ment , en l'état ou je me trouve je mets les petits maux au nombre des biens. Je n'ai garde de vous plaindre d'une langueur qui vous laùTe allez de force pour vaquer à vos •faites , & pour continuer vos ocupations. C'eft bien la plus complaifante maladie donc on ait oui parler. Les miennes ne font pas de cette nature, La plupart du tems je ne uns ca- pable d'agir, ni de me rcpofcr, de plaire aux autres , ni de me làtisfaîre moi-même. Voyez quelle eft la diference de nos .maux , vous ne pouvez confiderer les miens , fans me plain- dre, & peu s'en faut que je ne rie, quand vous vous plafgnez des vôtres.

BiStf d'ojfxrottce d'Amitié.

QUand je n'aurais pas reçu vôtre Lettre, mon cher Monfieur , je ne lèrois pas rhoins perfuadé de vôtre amitié. On peut fe taire fans oublier. On fçavbit aimer avant que l'écriture fut en ufàge , & depuis qu'on a icu écrire on a menti plus fouvent qu'on n*a dit la vérité. Après cela s'amufera-t'on a des li- gnes fi douteux ? N'eft-cC pas nôtre cœur qui bous doit rendre témoignage de nôtre afec-

. Google

de Messieurs de l'Académie. f rion , & nous aflùrer l'un de l'autre. Je veux croire que torique vuus ne me parliez point, tous penfiez à" moi ; c'ell ainfi que j'interprète vôtre lîlence , & que je rends milice à vôtre amitié. Traitez la mienne de même façon , & croyez que perfonne n'elt à vous plus absolu- ment que moi.

«SEî*S!B*î!S * 83 *• S3+ÎIB«m*

A une Dame , fur ce qu'elle ierit Je jolis BiStts.

L'Efpérance que j'avoîs de vous rendre vî- fite , Madame , m'a fait perdre le plailîr de vous faire une Lettre ; & ce que je regrette davàntage , j'y ai perdu une de vos réponfes, Si vous vous fonvenez de la dernière , vous verrez que je dis beaucoup. Elle étoit fl jolie que quand elle eut été défobligeante , elle n'auroit pas laiflé" de me plaire , & elle étoit fi obligeante que je l'enflé aimée quand elle n'auroit pas lié jolie. Il m'eft arivé auffi es que je ne m'imaginais pas poûlble. J'ai fentî que je vous aimois plus qu'auparavant : & j'ai éprouvé ce que je n'eufle point compris fans cela , qu'il fe pouvoir ajouter quelque chofe i l'eftime que je fais de votre efprit. J'ofeméme vous avouer, Madame , que j'ai été plut d'un jour bien-aile de vôtre abfence ; & que toutes les fois que je relis ce que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire , je doute s'il eftvraf ce

Sue j'avois penfë, qu'il n'y avoit pas pour moi, e plus grand contentement que celui de voui voir. & de vous oiiir.

' A4

-Google

9 Lettres choisies

Lettre Galante de Monfieur de Panier, à Madame de M.,.,

r Ai, Madame, une eitré'mc pailion de vous aller voir dans vôtre belle Maifon de cam- pagne , mats les plny.es continuelles qu'il fait s'y opofent , & me rétiennent ici ,

beaucoup de monde nfafjurt

§ fil fait plus beau cent fou, tond le mauvais tenu dure, te dans vos Prez & dans vos Boit. Ce dernier mois a été fi déréglé , .que des gens auffi fuperm'tieux que vous en connoif- fei -, fe laifleroient facilement perfuadei , que quelques Conliellations favorables à Nofîèi- gneurs du Parlement en font la caufe, & diront

Peut-être que l'Eté prétend. De ne faire fis diligences, Pour donner à chacun le plaijir qu'il attend ', Que quand on aura les Vacances.

Mais, Madame, cela ne m'acommoderoît pas ; je ne pourois joiiir de ce beau tçms fans chagrin. Tous ces Meilleurs partiront en fou- le de Paris pour n'en perdre aucun moment. Vous en aurez plulieurs dans vôtre voiflnage -

3 ni voudront en profiter ; St fi je fortois d'ici ans le même tems , je vous trouverons affi^r gCc d'une partie de tes graves Magistrats , qui .

. Google

de Messieurs de l'Académie. 9

fçavent fi bien fe défaire de leurs habits longs, & paroître avec des Cravates auiÏÏ Cavaliers que nous.

Ainfi fiit aux Champs , fait m Ville, Le foi» que je frémirais ferai» fart mutile.

C'eft pourquoi , Madame,

Je crai qu'il vaut mieux que fatêude. Que tàpre faifom des frimas Les ramené eu je les demande. Le mauvais tems que tout le monde craint, Ne peut faire la guerre Aux fleurs de vôtre teint. Comme aux fleurs de vitre Parterre. Vous vous connoiflèz trop bien en Mufi- que, pour n'être pas contente de Pair nouveau qoe je vous envoyé. II eft d'an fort fçavant Homme , eftimé de tout le monde.

Lettre Galante ; de VAbbd Fttretiere.

QUe me fert de pourfuivre un procès qu'il ne m'importe de gagner ? généceufe N.... m'aflùre que quand je leperdrois, elle pe laiftèroit pas de m' accepter pour fon Epoux. Fuyons ces cruelles longueurs de la chîcar ne , & renonçons à la fortune pour exaucer la vceux de l'amour. C'eft une penfée, ma chère, 4juî ft préfente fouvent à mon efprit & qui me prefTe quelquefois avec tant d'ardeur , que ja

Îo Lettres choisies bis fur le point de partir & de tout quiter; mais je fais rétenu par cette autre réflexion. EfiVil jnfte que la générolîté l'empêche d'être heureufe ? qu'après lui avoir orert un Amant fans mérite, je veuille lui ofrir un Amant (ans fortune ? & qu'au lieu de fonger à la mettre dans un état qui ne (bit pas tout à tait indigne de fa naiffance & de fa vertu , je veuille aban- donner la feule efpérance que ma deftinée me donne de pouvoir taire fon bonheur ? Cette féconde penfée m'arëtc , ma chère.... & me fait opiniâtre a la pourfùite de mon procès ; mais quoi que j'aie fujet d'en bien elpérer , je foûpite fans cefTe , & je fuis malheureux puis- que je fuis éloigné de vous.

Lettre fans fujet.

NOus avons confulté un Oracle d'Apol- lon , qui eft , comme vous içavez , en cette Ville, & comme Apollon répondit au- trefois , Que Socratt était le plus fate homme de Grèce , il nous a répondu que Moniteur E- . - . étoit le plus bel cfbrït du Dauphïné. En- fuite nous avons confulté entre nous quel avantage on pouroit tirer d'un bel efprit, quand on eft a vingt lieiies de lui , & la leneufe Do- rimene a dit , qne les beaux efprîts abfens de leurs amis leur écrivoient quelquefois de bel- les Lettres ; ainiî Dorimcne , Carithée , Ce- limente , & moi vous écrivons toutes quatre énfemble, & vous prions de nous envoyer une. belle léponfe.

Couple

si